Comment évoluent les restaurateurs à l’ère digitale ?

Le 11 Juin dernier, 6 startups accélérées par WILCO se sont réunies autour de Thomas Zeitoun, co-fondateur de la FoodTech Zenchef. Thomas a accueilli les entrepreneurs dans ses locaux au coeur de la Silicon Sentier pour approfondir les enjeux du marché de la restauration. Apparemment il les connait bien 🙂

L’enjeu de cette rencontre ? Comprendre les codes du marché de la restauration qui est peu digitalisé, mais qui représente un gros potentiel. Ancré dans ce secteur depuis 2010, Thomas a partagé sa vision et les facteurs clés de succès de ce marché autour d’un échange intimiste et convivial.

Quelle est la mission de ZENCHEF concrètement ?

La startup a vu le jour en 2010 sous le nom de 1001 menus avec trois co-fondateurs passionnés par la technologie et la food : Xavier Zeitoun, Thomas Zeitoun et Julien Balmont. Sans expérience dans la restauration, ils se sont lancés dans l’aventure en proposant initialement un annuaire des menus de restaurants. Faisant face au manque de digitalisation du secteur (une grande majorité des restaurants n’avaient pas de site internet à l’époque), ils ont rapidement proposé un modèle SaaS qui permettait aux restaurateurs d’avoir un site internet.
C’est en 2012 que la société change de nom pour devenir ZENCHEF. Leader européen, elle a depuis construit une véritable solution de management du restaurant qui aide les restaurateurs à garder leur indépendance : gestion de réservations sans commission ni intermédiaire, un site internet, et des outils marketing leur permettant de recueillir des avis vérifiés et de fidéliser leurs clients. L’objectif est de faire du digital le meilleur allié du restaurant pour gagner du temps et des clients, en conservant une relation en direct avec eux.

Et le parcours de Thomas Zeitoun, il ressemble à quoi ?

Amoureux des bonnes tables, Thomas Zeitoun aime rencontrer et conseiller les chefs pour optimiser la présence de leur restaurant sur le web et faire connaître leurs talents. Après un solide parcours dans différentes entreprises comme Caterpillar, Mitsubishi ou Luxottica, il décide de mettre sa passion pour la restauration au service d’une start up qu’il co-fonde avec son cousin Xavier. En 2016, pour aider à la formation des restaurateurs de demain au digital, il a l’idée de créer une bourse qui équipe chaque année et gratuitement une quinzaine de restaurants d’application en France. L’année suivante, il apparaît dans le classement des 40 quadras qui comptent dans l’univers de la food, puis dans le classement des 500 personnes du Food’s Who Atabula.Au quotidien, Thomas gère une équipe composée de 15 commerciaux à Paris et en province pour comprendre le marché et les besoins clients. Il endosse également le rôle de responsable de partenariats pour construire et consolider les synergies entre les différents acteurs du secteur.

Quelle était la thématique de cette table ronde ? Pourquoi ce sujet en particulier ?

Comment vendre au marché de la restauration est un sujet récurrent au sein des startups qui adressent ce secteur. Le marché de la restauration est composé d’une grande majorité d’indépendants, très démarchés, et donc difficiles à mobiliser. Pour une petite entreprise, cela demande d’utiliser ses ressources avec parcimonie. Pour cette raison, il est essentiel pour les entrepreneurs de la foodtech de pouvoir s’entourer d’autres entrepreneurs du secteur pour partager leurs expériences et favoriser les effets de réseaux. Thomas Zeitoun a accepté de partager son expérience en toute transparence et avec beaucoup d’humilité avec les entrepreneurs foodtech de WILCO.

Combien de startups ont assisté à cet échange ?

6 startups accélérées par WILCO ont participé à ce retour d’expérience. : Blacksheep, Libeo, Hello Glu, Archibien (TheGoodStudio), Bilee, Califrais.

Quel enjeu les entrepreneurs ambitionnent de relever grâce à cet échange avec Thomas ?

Mieux comprendre et appréhender le marche de la restauration.

Les grands challenges du marché de la restauration ?

– Les restaurateurs sont une cible peu digitalisée – d’ailleurs 7 restaurateurs sur 10 utilisent le papier pour prendre des réservations.

– Les restaurateurs voient la solution de réservation en ligne comme un « nice to have » et non comme un « must have »; ce n’est donc pas un poste de dépense prioritaire pour eux.
– Les restaurateurs sont plongés dans l’opérationnel et manquent cruellement de temps; leur métier c’est l’accueil, le service, etc… Ils ont une multitude de tâches à gérer et sont sur-sollicités; obtenir des RDV dans un tel contexte afin de leur présenter une solution en ligne n’est pas évident. 
– Les restaurateurs sont peu sensibles aux stratégies classiques de marketing en ligne. Les grands salons, les événements fonctionnent ainsi très bien pour nous.

Quels sont les meilleurs conseils de Thomas aux startups qui ciblent les restaurateurs ?
–  Quand on vend aux restaurateurs,  on doit également leur apporter du service et de l’accompagnement dans la prise en main de la solution vendue.
– L’effet de réseau sera un accélérateur de vente dans le secteur de la restauration. Il fait appel à l’une des valeurs fondamentales de ce métier : la convivialité. Soyez dans les événements clés, identifiez les partenaires, et rencontrez les autres entrepreneurs du secteur.